Skip to content

La lutte contre l’autostigmatisation en santé mentale

Le blog d’AMHS-KFLA présente le premier d’une série en deux parties sur la stigmatisation en santé mentale, ecrit par notre nouveau collaborateur, Hung.

Qu’est-ce que l’autostigmatisation et comment puis-je la combattre?

La stigmatisation est un phénomène qui touche beaucoup de personnes comme nous ayant un problème de santé mentale ou de toxicomanie. Dans une précédente publication, nous avons discuté de la stigmatisation publique. Aujourd’hui, nous parlerons de l’autostigmatisation.

Qu’est-ce que l’autostigmatisation et quels sont ses effets?

« L’autostigmatisation se produit lorsqu’une personne intériorise les croyances négatives du public au sujet de la maladie mentale et se les attribue à elle‑même » (d’après Stuart, 2017). On pense qu’elle est « une réaction courante, parfois sévère, à la stigmatisation publique et structurelle » (d’après Stuart, 2017). Lorsque nous pratiquons l’autostigmatisation, nous pouvons éprouver « de la honte, une tendance au secret, un retrait social, de la dépression, de l’anxiété, une diminution de l’espoir et de l’estime de soi, et avoir une mauvaise qualité de vie » (d’après Stuart, 2017).

Comment peut-on répondre à l’autostigmatisation?

Les chercheurs ont défini des stratégies pour gérer l’autostigmatisation. Certaines techniques sont prometteuses, mais nécessitent plus de recherches. En attendant, voici quelques stratégies qui pourront vous être utiles.

Les chercheurs croient que les personnes stigmatisées peuvent se prendre en main pour travailler activement afin de « créer des résultats positifs et prendre le contrôle de leur vie, plutôt que [d’être] des cibles passives de la stigmatisation » (d’après Stuart, 2017). Ils ont défini trois techniques de protection psychologiques contre l’autostigmatisation.

  • La première est la compensation; elle consiste « à acquérir des compétences qui [vous] aideront à atteindre [votre] objectif et à surmonter les obstacles associés à la stigmatisation publique » (d’après Stuart, 2017).
  • La deuxième consiste « à filtrer [votre] environnement social pour protéger [votre] confiance en vous, en vous comparant à des personnes qui présentent des caractéristiques défavorables comparables » (d’après Stuart, 2017). Vous serez plus confiant(e) si vous estimez que vous réussissez aussi bien ou mieux qu’une autre personne qui se trouve dans des circonstances similaires.
  • La troisième technique consiste « à protéger [votre] bien-être psychologique en insistant sur vos autres rôles sociaux (autres que le statut de personne aux prises avec une maladie mentale) et à surmonter activement [votre] identité pathologique » (d’après Stuart, 2017).

De plus, les chercheurs proposent plusieurs réponses à l’autostigmatisation.

  • Remise en question de la stigmatisation. Cette stratégie vise « à défier et à confronter la stigmatisation, et à rejeter ouvertement les images culturelles négatives » (d’après Stuart, 2017).
  • Déviation. Vous pouvez aussi pratiquer la technique de déviation « en décidant que les stéréotypes culturels ne s’appliquent pas [à vous] ou en reconnaissant que la maladie mentale n’est pas une caractéristique qui définit [votre] identité » (d’après Stuart, 2017).
  • Évitement. Vous pouvez anticiper la stigmatisation publique et « l’éviter en ne dévoilant pas [vos] antécédents de traitement, en évitant d’interagir avec les personnes qui pourraient avoir des préjugés et en socialisant principalement avec d’autres personnes qui vivent la même stigmatisation » (d’après Stuart, 2017).
  • Autorestauration. Elle consiste « à adopter des stratégies visant à restaurer votre estime de vous-même, comme choisir de [vous] comparer à d’autres personnes ayant une maladie mentale ou de [vous] désinvestir des activités pouvant [vous] mener à un échec » (d’après Stuart, 2017).

Comment puis-je apprendre à surmonter la stigmatisation?

Heather Stuart, Ph. D., a élaboré un cours pour surmonter la stigmatisation dans le cadre du Programme Connexion cuisine qui se déroulera ici au CAMH, à la mi-avril et au début du mois de mai. Les participants au programme Connexion cuisine apprennent à cuisiner des aliments sains, dégustent ensemble les repas qu’ils ont cuisinés et apprennent à surmonter la stigmatisation dans un environnement ouvert et soutenant. Certains anciens participants ont déclaré que le programme les a aidés à accroître leur sensibilisation à la réalité de la stigmatisation et aux répercussions de l’autostigmatisation sur eux-mêmes. À la fin du programme, ils ont ressenti davantage de compassion à l’égard des autres personnes atteintes d’une maladie mentale et aussi d’eux-mêmes. Le programme leur a aussi appris à mieux gérer la stigmatisation. Si vous désirez participer à ce programme, veuillez communiquer par courriel avec Jackie Stoneman.

Référence
Stuart H. (2017) What Has Proven Effective in Anti-Stigma Programming. Dans : Gaebel W., Rössler W., Sartorius N. (éd.) The Stigma of Mental Illness – End of the Story?. Springer.